Sources de revenus alternatives au tamisage de béton récupéré pour les femmes de Diakhaye

A la suite d’importantes inondations intervenues dans la banlieue dakaroise au début des années 2000, des familles entières ont perdu leurs maisons et une bonne partie de leurs biens mobiliers. Elles ont été acheminées au camp militaire de Thiaroye et installées dans des abris provisoires pendant deux ans avant d’être relogées, dans le cadre d’un plan d’urgence appelé "plan Diakhaye", dans une cité de logements sociaux construite par le gouvernement. Ces familles sont parmi les couches les plus pauvres et les plus vulnérables de la population sénégalaise, vivant avec moins de 2 dollars par jour.


Femmes de Diakhaye à la recherche de béton à vendre


Femmes a la recherche de beton a vendre


Pour leur survie, les femmes de cette localité sillonnent les quartiers environnants à la recherche de zones en construction et les abords de l’autoroute à péage, armées de tamis en fer et en plastique pour tamiser le sol afin de récupérer des restes de béton ensevelis dans le sol. Le béton récupéré est revendu à 600 CFA le sac chez les gérants  de quincaillerie de la place. Elles se partagent les gains modiques estimés entre 2 000 et 3000 CFA. Malheureusement, une bonne partie de ces revenus est utilisée pour couvrir des frais médicaux à cause des affections pulmonaires imputables à l’inhalation continue de fines particules de poussières.


Enceintes, ou souvent avec des enfants a bas âge…...


Enceintes ou souvent avec des enfants a bas age


 


 


Conscientes des risques liés à ces activités (affections pulmonaires), ces femmes dont les maris sont souvent à la retraite avec des enfants sans emplois, se sont  regroupées en GIE pour faire de la transformation de céréales locales qu’elles pourront revendre sur le marché local.


Actuellement, elles produisent du couscous local « thiere, sanghale, arowe, mil, mais, et sorgho ». Cependant, elles n’ont jamais été formées aux techniques de transformation de céréales et n’ont pas le matériel adéquat qui leur permettrait de bien sécher leurs produits finis avant le  conditionnement. Les produits sont séchés à l’air libre avec le risque lié  aux aléas de la nature. La finition prend beaucoup de temps et la qualité des produits finis laisse à désirer, ce qui pose de réels problèmes de debouchés.


Femmes Diakhaye


Les besoins sont de deux ordres :


1. L'acquisition d'une machine permettant de sécher très rapidement les produits finis à écouler sur un marché très compétitif. Elles ont bien identifié leur clientèle (boutiques et marchés locaux). Cependant elles manquent de moyens afin de devenir plus complétives.


2. Une formation pour l'acquisition de connaissances nouvelles dans le domaine de la transformation des céréales locales pour mieux maitriser toutes les étapes de cette activité.


La session de formation se déroulera dans le foyer des jeunes de Diakhaye pour une durée d’une semaine et sera conduite par trois personnes ressources dont un formateur principal et deux assistants.


Le nombre prévu de bénéficiaires est de 90 femmes.


Résultats attendus : L'achat de la machine et la formation des femmes de Diakhaye leur permettront d'abandonner les pratiques de tamisage de béton, dangereuses pour leur santé et de se reconvertir exclusivement à la transformation et à la commercialisation de céréales locales, ce qui constitue une source de revenus non négligeable.


Budget:


- Achat de céréales et broyage : Maïs, mil, Sorgho, Niebe et arachide pour une valeur de 100 000 CFA.


- Achat de la machine pour le séchage des céréales : 1 500 0000 CFA


- Supports pédagogiques : 25 000 CFA


- Rémunération des formateurs 150 000 CFA


Soit un total de 1 625 5000 CFA


Les femmes de Diakhaye ne sont pas en reste et ont decidé d'amener un apport personnel de 500 000 CFA.


Le soutien sollicité est donc de 1 125 000 CFA, soit USD 1 900


Pour toute information, contactez Mme Fatou Ndiaye Sow. Email: sowfatou57@yahoo.fr. Tel: +1-202-640-8336.


Ended on
October
31
2016
 

L'objectif est d'aider les femmes de Diakhaye à acquérir et à exploiter une machine de séchage de céréales locales comme alternative aux pratiques précaires et dangereuses de tamisage de béton récupéré.
Translate »